top of page

Des clés pour savoir créer un climat de confiance en équipe

Thématique : intelligence émotionnelle



Pour conclure notre série sur l'intelligence émotionnelle, j’ai eu envie de vous proposer d’explorer avec moi un concept clé dans ce domaine : la confiance.


Souvent évoquée, parfois galvaudée, cette dimension cruciale de l’intelligence émotionne mérite d’être approfondie.


Aujourd'hui, mettons de côté la confiance en soi, sujet d'un futur article, pour concentrer notre attention sur l'aspect collectif de la confiance, et établir un lien avec mon précédent article sur la résonance émotionnelle.


L'importance du climat de confiance dans les relations saines et la dynamique d'équipe n'est plus à démontrer, et pourtant, elle reste un défi constant dans notre quotidien professionnel.

Regardons simplement un chiffre récent : seulement 46% des salariés estiment que leur management tient ses promesses.


Cette donnée alarmante met en lumière la fragilité de la confiance au sein de nos organisations

Et sans confiance, les freins se cumulent, et des jeux fatigants, lourds, contre-productifs envahissent l’organisation. C’est normal.


Pour ma part, si je n’arrive pas à me sentir en confiance dans mon environnement de travail, je le sais, ma contribution s'en trouve directement réduite. Je reste en mode « méfiance » et limite mes apports.


Et vous, comment réagissez-vous ?


Si vous aussi, vous considérez que renforcer la confiance est un axe à la fois utile et nécessaire, alors je vous invite à poursuivre votre lecture.


Ensemble, explorons les subtilités de ce sentiment si fondamental, et découvrons comment, en tant que dirigeant, manager ou d’ailleurs quel que soit notre rôle au sein d'une équipe, nous pouvons contribuer à créer un environnement où la confiance n'est pas un vain mot.



Qu'est-ce que la confiance au sein d'une équipe ?


La confiance, souvent perçue comme un simple mot, détient en réalité de multiples significations.


Elle trouve ses racines dans le terme "fides", qui signifie foi. Faire confiance, c’est donc faire acte de foi, c'est se fier, croire en l'autre.


La confiance est un état psychologique dont l’intention est d’accepter la vulnérabilité en se fondant sur une attente positive de l’intention ou du comportement de l’autre. Rousseau cité par Mathieu Farina, Elena Pasquinelli

Mais que signifie réellement avoir confiance dans un contexte d'équipe ?


C’est faire un pari sur les comportements, fonctionnements et les relations attendus.


Faire confiance, ce n’est pas calculer des risques, c’est les prendre … C’est un pari qui oriente mon action, et qui oriente toute action. Marc Hunyadi :

La confiance est un pari sur les comportements attendus.





Les 3 trois caractéristiques principales de la confiance en équipe

La vulnérabilité : pour faire confiance, dans les autres (ou en soi-même), il faut accepter précisément d’avoir peur et de dépendre de choses que l’on ne contrôle pas.

Cela nécessite donc d’accepter un certain “lâcher-prise” sans pour autant tomber dans l'illusion ou le déni de la réalité.

Par exemple : accepter de déléguer des tâches « critiques » montrant ainsi sa dépendance envers les compétences de son équipe.

La promesse : ce qui inspire la confiance. Elle peut passer par un contrat, mais pas que, elle est le résultat de la qualité de la communication et d’une forme de sincérité, terme que je préfère à celui souvent galvaudé de transparence.

Les dissonances, le manque de congruence, l’incohérence entre les actes et le discours limiteront « la promesse ».

Par exemple : un manager inspire confiance à son équipe par la franchise et la sincérité de son discours sur un sujet crucial, tel que les perspectives de carrière, en permettant que les attentes soient claires et réalistes.

L’espérance : La confiance est aussi une projection optimiste sur l'avenir, un pari sur les actions futures. Faire confiance à son équipe pour relever de nouveaux défis, anticipant ainsi une issue positive malgré l'incertitude. Cela questionne alors notre façon de voir. Les personnes qui ont un regard pessimiste pourront avoir plus de mal à faire confiance.

Par exemple : faire confiance à son équipe pour relever de nouveaux défis, anticipant ainsi une issue positive malgré l'incertitude.


La confiance : entre action et disposition


Chacun aborde la confiance différemment. Certains la donnent d'emblée, ajustant leur niveau de confiance en fonction des comportements observés, tandis que d'autres commencent par la méfiance, ouvrant progressivement leur confiance en fonction des événements.


Pour ma part, je reconnais avoir tendance à avoir besoin de temps. Je commence la plupart du temps avec une certaine ouverture, et ensuite, j’observe, je jauge, je corrèle discours et faits. Et vous, comment fonctionnez-vous ?


Faire confiance, c’est agir, c’est passer à l’action, c’est prouver par l’acte. On ne peut faire confiance qu’en acte.


Une constante demeure : la confiance est facile à perdre et difficile à regagner.


Derrière la confiance, il y a une mosaïque de dimensions qui s’entrechoquent.


La confiance en équipe n'est pas un concept monolithique. Elle se décline en divers types : affective, cognitive, relationnelle, rationnelle, organisationnelle. Chaque type de confiance joue un rôle unique dans la dynamique d'une équipe.



la confiance affective, la confiance cognitive, la confiance relationnelle, la confiance rationnelle, la confiance organisationnelle
Les 5 dimensions de la confiance en équipe


Vous voulez renforcer le climat de confiance

au sein de votre équipe ou de votre organisation ?






La suite de l'article avec un mini-cours

pour les abonnés gratuits à notre newsletter

👇











Comments


bottom of page