top of page

Pourquoi s'inspirer du monde sportif pour créer les parcours formation des managers ?


Manager VS Sportif


Les défis auxquels les sportifs doivent faire face sont les mêmes que ceux auxquels, les managers doivent faire face : comment gérer son temps, sa concentration et son énergie afin d'être productifs et efficaces ? Comment être "bon" et développer ses compétences en continu ? Comment obtenir des performances ?


Bien que la logique "d'entraînement" et la pratique soient différentes dans les deux cas, j'ai la conviction que le monde sportif devrait plus inspirer la construction et le suivi des compétences managériales et des soft skills.



Dans le sport, quand on veut être "bon", on construit une stratégie et une équipe dédiée à la réussite !


Si on veut atteindre un certain niveau, on y a associe un plan d'action.


Imaginez un sportif (ou une équipe) motivé, qui veut libérer son potentiel, et qui vise de belles performances (sans forcément chercher à devenir The champion).

D’après vous, passe-t-il 100% de son temps sur le terrain ? A faire des matchs et des compétitions la tête dans le guidon ?


👉 Ou est-il attentif à garder des périodes de récupération et apprend à se préserver (nutrition, kiné par exemple) pour tenir sur la durée (nous reviendrons sur ces sujets dans un autre article)

👉 Ou s'assure-t-il des temps réguliers hors du terrain de jeu pour prendre du recul, analyser sa pratique, revoir ses objectifs, ajuster sa tactique, améliorer ses compétences, se préparer mentalement ?


Dans le sport,

  • C'est normal d’avoir des temps hors du "match";

  • C'est normal de revoir le dérouler d’un match et travailler dessus avec différents professionnels ;

  • C'est normal la pratique du feedback, la compréhension de ses stratégies, de ses points de force, de ses limites, de travailler et retravailler des micro-compétences ;

  • C'est normal de renforcer son mental (motivations, peurs, dialogue interne, croyances…), son rapport à la compétition, à la collaboration, au pouvoir, à l’échec, à la réussite, sa confiance, etc., etc.


L’accompagnement est perçu comme une aide à valoriser le POTENTIEL et un INVESTISSEMENT dans la durée.

Est-ce également le cas pour les managers ?


Applique-t-on les mêmes logiques pour qu'ils développent et consolident leurs compétences managériales ?


Pas suffisamment, me semble-t-il.

Pour ma part, durant mes 15 premières années de management, j'ai bénéficié de 3 formations de 2 jours. Et ma montée en compétences s'est construite essentiellement via du test & learn, l'observation des pratiques autour de moi, la récupération de retours pas toujours exploitables (compliments ou critiques VS feedbacks).


Et vous ? Qu'en est-il au sein de votre entreprise ? Comment la compétence managériale est-elle soutenue ?


Alors que le management nécessite des compétences multiples, contextualisées et complexes (puisqu'elles touchent à l 'humain) aux effets plus qu'importants (quand on lit que 80% des projets de changement échouent à cause des hommes...).


Et ce, alors que les défis sont importants, le jeu est permanent et en direct tout au long de l’année. C'est un peu comme si on court un marathon construit autour de sprints quotidiens, on avance, on serre les dents, sans vraiment s’extraire du terrain et souvent on se sent seul face à tout ce qui déferle.




👉 Finalement, combien de managers bénéficient de la mise en place d’une véritable une stratégie pour favoriser leur développement, leur réussite via un investissement dans la montée en compétences dans la durée ?


Qui le fait ? Combien d'entreprises investissent vraiment dans la construction de la posture managériale attendue alors même que l'on y dénonce les dysfonctionnements managériaux ? Certaines. Est-ce que votre entreprise en fait partie ?



N'est-ce pas un gaspillage de TALENTS, d'énergie, de potentiel, de motivation, d'engagement, de temps et de réussite… ?

👉 Comme s’il fallait uniquement se suffire d'attendre d'acquérir et d'utiliser son expérience pour avancer (dont je reconnais bien évident la puissance, ce n'est pas le sujet).

👉 Comme si, le management ou le leadership étaient "innés"


Et surtout ce n’est pas comme si, la vie professionnelle était un long fleuve tranquille, non ?

Alors oui, cela coûte de l'argent; oui, cela peut être perçu comme "cher"; oui, le ROI n'est pas forcément facile à définir et percevoir.



Mais quel est le coût de ne pas permettre aux managers un accompagnement régulier ?

Quel est le coût d'agir par à-coups ou après coup ?


Pour un sportif, c'est facile à voir, pour un manager c'est plus insidieux... cela ne signifie pas pour autant qu'il y ait pas un "coût caché" ?


Quel est l'impact de difficultés managériales ?


En reprenant l'étude de l'Institut Sapiens : le coût caché de l'absentéisme au travail, 108 milliards € : la facture du mauvais management, on peut en lire l'impact du management sur les performances, les résultats économiques directs et indirects, sur l'engagement et la qualité de vie au travail. (nous y reviendrons dans un prochain article plus précisément).


À votre avis, au sein de votre entreprise, quel est l'impact de difficultés managériales ?

  • Sur les managers eux-même ?

  • Sur le management ? Les décisions, les choix, les équipes ?

  • Sur l'organisation ?

  • Sur l'entreprise ?

  • Sur les performances économiques et les autres types de performances (qualité de vie au travail...)



Nous avons créé HEP10 en accompagnant chaque manager comme un "sportif".


Et pour révéler le potentiel de chacun, nous proposons de fonctionner un peu comme dans le sport. C'est une des solutions pour porter la compétence managériale (pas la seule, bien entendu)


  • On ne crée pas un entrainement en Arts Martiaux sans avoir au préalable évalué le niveau de chaque participant et clarifier les objectifs afin de choisir les exercices les plus adaptés (hormis si on a à faire à de grands débutants).

  • On ne le fait pas sur un seul rendez-vous parce qu'entre la compréhension du geste et l'intégration du comportement : il faut du temps et y revenir.

Nous pensons que les programmes similaires pour tous ne sont pas adaptés à de nombreux besoins et qu'il est important d'offrir aussi des programmes personnalisés, voire individuels.


Voilà pourquoi nous avons choisi de ne pas proposer de formations "catalogue".


(Et que l'on ne vous dira pas que devenir un manager bienveillant ou un leader inspirant, cela se fait en 4 recettes parce qu'on a condensé 20 ans de savoirs à vous transmettre en 1 seule fois avec un super prix promotionnel, si vous vous inscrivez d'ici ce soir... 😜).



Comme dans le sport, on accompagne chacun à progresser dans le temps et avec des efforts en mixant coaching, préparation mentale et formation.


En proposant des temps courts et réguliers à chacun, pour gagner en recul, en prise de hauteur, élaborer hors du match des solutions concrètes, pragmatiques et réellement actionnables, pour apprendre de nouvelles façons d’agir vis-vis de soi, des équipes et son activité.
On récupérera également du monde sportif, la préparation mentale, la possibilité de travailler sur le triptyque confiance / énergie / motivation et la recherche de la zone du flow.


Pourquoi ?


Parce que nous sommes au cœur du réacteur depuis des années, nous le vivons, l’expérimentons auprès de clients de tout secteur, toutes tailles d’activité… et à partir de cette expérience en coaching, préparation mentale et formation (ainsi que celle de manager), nous avons conçu notre méthode pour permettre de trouver le chemin le plus pertinent vers les objectifs de nos clients et qu'ils obtiennent d'obtenir des résultats très satisfaisants et donc pour nous aussi !


C’est le fonctionnement que l’on propose à vos managers avec le coaching implémenté



Offrir à vos équipes cette opportunité ? Cela vous dit ?

Ou peut-être à vous-même ? (nombreux sont les RH ou dirigeants qui font passer leurs équipes avant eux... mais qui auraient besoin d'apprendre à prendre du temps pour eux aussi, qu'en pensez-vous ? )




Vous voulez au préalable mieux comprendre le concept du coaching implémenté ?



Article écrit par Laurence Gilly


bottom of page